Designed and built with care, filled with creative elements

Top
Image Alt

Comité Environnement

  /    /  Comité Environnement

Le DMA s’engage sur le climat !

En exploitant les hydrocarbures fossiles, les sociétés industrielles libèrent dans l’atmosphère des quantités importantes de gaz carbonique (CO2) ainsi que d’autres gaz à effet de serre. La concentration de CO2 dans l’atmosphère a ainsi dépassé 400 ppm alors qu’elle avait oscillé entre 200 et 300 pendant un million d’années avant le début de l’ère industrielle.

Par effet de serre, le gaz carbonique, ainsi que d’autres gaz, engendre une élévation de la température moyenne terrestre. Celle-ci a déjà augmenté d’environ 1 degré depuis 1800, et pourrait augmenter de 4 à 5 degrés supplémentaires d’ici la fin du siècle si rien n’est fait pour limiter les émission humaines de CO2. Un tel réchauffement serait d’une amplitude supérieure, et d’une rapidité cent fois supérieure, à celui qui a eu lieu lors de la dernière déglaciation, qui a commencé il y a 20 000 ans et s’est étalée sur plusieurs milliers d’années. Il entraînerait des changements climatiques majeurs. De nombreuses régions du monde actuellement fortement peuplées deviendraient impropres à la vie humaine.

La France et de nombreux autres pays se sont engagés par les accords de Paris à contenir d’ici à 2100 « l’élévation de la température moyenne de la planète nettement en dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels » et à poursuivre « l’action menée pour limiter l’élévation de la température à 1,5°C par rapport aux niveaux préindustriels, étant entendu que cela réduirait sensiblement les risques et les effets des changements climatiques». Après la signature de ces accords en 2016, les émissions mondiales ont pourtant augmenté jusqu’en 2019, avant de chuter de 7% en 2020 sous l’effet de la pandémie. 1

Le diagramme ci-dessous 2 suggère que le réchauffement moyen dépend principalement des émissions cumulées de CO2, et ce de manière approximativement linéaire. Il indique aussi que le budget carbone restant à l’humanité afin de respecter les accords de Paris est de l’ordre de 1000 gigatonnes de CO2 (avec une assez forte incertitude), ce qui correspond à environ 25 ans au rythme d’émissions actuel.

Stabiliser le réchauffement demandera donc de limiter les émissions humaines à la quantité absorbable par l’environnement, qui est actuellement inférieure à 3 tonnes équivalent CO2 par être humain et par an (cf diagramme ci-dessous) 3. Respecter les accords de Paris nécessite de le faire en quelques décennies (et même moins pour s’assurer de respecter les 1.5 degrés).

Les émissions moyennes par personne en France sont actuellement supérieures à 10 tonnes équivalent CO2 par an en tenant compte des émissions importées et des autres gaz à effet de serre. 4 Quelques postes importants d’émissions, engendrant chacun en moyenne plus d’une tonne d’émission par personne et par an, sont le logement, l’alimentation, le numérique, les services publics, et les transports. L’ampleur des changements nécessaires pour respecter les objectifs est donc considérable.

Nous avons estimé en utilisant le calculateur de labos1point5 à 120 tonnes les émissions du DMA liées aux voyages en 2019, c’est à dire à environ 1,7 tonnes par chercheur, qui bien entendu se rajoutent aux émissions liées à nos vies personnelles, ainsi qu’aux autres émissions liées à notre activité professionnelle, comme le chauffage des locaux. Cette manière de mener nos activités n’est pas compatible avec les accords de Paris, et nous nous engageons à la modifier et à intégrer la contrainte climatique dans nos prises de décision et dans nos actions. Nous demandons dans le même temps à nos tutelles d’agir sans tarder en ce qui concerne le chauffage des locaux.

Les membres du DMA ont donc décidé de réduire leurs trajets en avion, et en premier lieu ceux des membres seniors, dans le but de limiter les émissions moyennes annuelles du laboratoire en cohérence avec les accords de Paris, ce qui correspondrait à des émissions de l’ordre de 1,2 tonnes équivalent CO2 par personne dès 2022 et de 0,6 tonnes en 2025 (selon les modalités de calcul appliquées pour 2019, prenant en compte les voyages des membres du DMA et les invitations au DMA). Le DMA rendra publiques ses émissions chaque année, et s’imposera, au besoin, des mesures de limitation des voyages en avion en cohérence avec les objectifs ambitionnés.

A titre d’exemple, voici les impacts en tonnes équivalent CO2 pris en compte par labos1point5 5 pour des allers-retours entre Paris et quelques villes : Moscou : 0,5 ; New York : 1 ; Tokyo : 1,6 ; Sidney : 3.

Voté par le conseil de laboratoire du DMA le 20 mai 2021 par 9 pour et 7 abstentions.

1. Le Quéré et al, Nature Climate change, 10, 647-653, 2020 Le Quéré et al, Nature Climate change, 11, 197-199, 2021
2. issu du rapport 1.5 du GIEC (chapitre 2, page 105)
3. Global Carbone Budget 2020
4. L’empreinte carbone des Français reste stable
5. Il n’y a pas de consensus scientifique précis sur la manière d’évaluer le forçage radiatif engendré par l’avion. Si les émissions directes de CO2 sont assez faciles à évaluer, les émissions indirectes, ainsi que les autres effets réchauffants comme le forçage radiatif de la traînée de condensation, sont moins clairement établis. Les valeurs prises en compte par labos1point5 sont dans la fourchette basse, il y a d’assez bons éléments scientifiques pour considérer qu’elles pourraient être doublées, voir par exemple Formation and radiative forcing of contrail cirrus » Nature comm., 9 :1824 (2018).